Le Comte de Caylus a publié quelques pièces de sa collection dans les Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, qui réunissent les communications de ses membres dès le début du XVIIIe s. C’est le cas des cinq œuvres présentées ci-dessous, issues de la collection du Comte de Caylus mais non publiées dans le Recueil d’Antiquités. Elles ne trouvent donc pas leur place dans la base « catalogue des objets ».
Si nous ignorons les raisons exactes de ce silence, notons que certaines de ces œuvres avaient déjà été vendues ou données au moment de la rédaction du Recueil. Ainsi le fragment de verre-camée était-il entré plusieurs années auparavant dans le Cabinet des Antiques du Roi.

base/index.php?r=recueil/oeuvre/detail&id=377

Fragment de verre-camée représentant Persée, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Caylus, A.-Cl. de Tubières, « Des vases dont les anciens faisaient usage dans les festins », Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1756, p. 365-368.

base/index.php?r=recueil/oeuvre/detail&id=376

Statuette d’Athéna-Minerve, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Caylus, A.-Cl. de Tubières, « Observations sur une Minerve de marbre de plusieurs couleurs », Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1770, p. 39-42.

Statuette de Vénus sortant de l’eau, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Caylus, A.-Cl. de Tubières, « Mémoire sur la Vénus d’Apelles, dite Anadyomène », Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1764, p. 442-456.

base/index.php?r=recueil/oeuvre/detail&id=375

Monnaie, Caylus, A.-Cl. de Tubières, « Sur deux antiquités trouvées dans des pierres de nature différente », Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1761, p. 174- 175.

base/index.php?r=recueil/oeuvre/detail&id=374

Un « objet de bronze » (boîte à pilule ?), Caylus, A.-Cl. de Tubières, « Sur deux antiquités trouvées dans des pierres de nature différente », Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1761, p. 174- 175.